Législatives 2017 / C’est une rupture que je propose, plus que cela… une innovation… des innovations !

Par défaut

Législatives 2017

C’est une rupture que je propose, plus que cela… une innovation… des innovations ! 

portrait-carole-martel-04-05-2016_3237651

Article > Le renouvellement est certain, mais se fera-t-il au profit d’élus déjà implantés sur le terrain ou de nouveaux venus ? Dans la continuité politique, dans l’alternance, ou dans la rupture ?

Carole Martel El Mehdaoui > C’est une rupture que je propose, plus que cela… une innovation… des innovations ! Soit vous restez avec « vos classiques » (seulement parce qu’ils ont des partis politiques « connus » derrière eux, mais eux-mêmes sans réel savoir-faire ou personnalité) et qui ressassent encore et encore les mêmes thèmes et discours politiques, soit vous inventez autre chose pour faire petit à petit une nouvelle France plus juste… avec de vraies idées nouvelles, avec comme moteur, une personne efficace, vraie et à réelle personnalité qui vous écoute vraiment… et c’est justement tout ce que je propose. Miser sur une remise en question de notre pays et de nos idées reçues. Parce que moi, je connais la vraie vie à tous les niveaux… J’ai donc les réponses. Je vous comprends. FEMMES DU PEUPLE démarre, mais est le mouvement politique populaire d’avenir. Objectif immédiat et objectif 2022. Nous, nous ne marchons pas, nous courons ! Notre vision est GRANDE. Pour faire de la grande politique.

____________________________________________________________________________________________

Quinze candidats du renouvellement

Un peu plus de 83.000 électeurs sont appelés aux urnes dans la première circonscription pour élire leur nouveau député.? © photo d’archives michèle delpy

Avec quinze postulants, la 1 re circonscription détient le record du nombre de candidatures du département, pour la succession d’Odile Saugues. Seuls pourront se maintenir au second tour ceux qui auront obtenu au premier un score d’au moins 12,5 % des inscrits.

Dans tous les cas de figure, un vent de renouveau soufflera sur la première circonscription, où Odile Saugues, élue depuis vingt ans, ne se représente pas. Une succession qui suscite des appétits nombreux, avec quinze candidats (trois de plus qu’en 2012, mais il y en avait quatorze en 2007… et dix-sept en 2002). Le renouvellement est certain, mais se fera-t-il au profit d’élus déjà implantés sur le terrain ou de nouveaux venus ? Dans la continuité politique, dans l’alternance, ou dans la rupture ?

Deux élus socialistes. Les socialistes font figure d’héritiers dans cette circonscription qui leur était historiquement acquise ( voir ci-dessous), mais ils partent avec le double handicap de la division et du mauvais score de Benoît Hamon à la présidentielle (moins de 9 %). Investie par le PS dans cette circonscription réservée à une femme, l’adjointe au maire de Clermont, Cécile Audet, bénéficie du soutien d’Europe Écologie Les Verts, mais elle doit faire face à la candidature dissidente du maire et conseiller général de Cournon, Bertrand Pasciuto, qui était le suppléant de la sortante, et avait espéré être le candidat officiel socialiste.

Société civile pour majorité présidentielle en conquête. Arrivé en tête, dans cette circonscription (29,4 %) comme dans les autres, le mouvement d’Emmanuel Macron « La République en marche » présente sa co-référente départementale, Valérie Thomas, qui espère transformer l’essai dans ce « 3 e tour de la présidentielle ». Sans mandat électif, elle incarne la société civile, et compte, bien sûr, sur la dynamique de la majorité présidentielle.

Mélenchonistes insoumis… et ex-Mélenchonistes communistes. À la présidentielle, ils étaient tous deux derrière Jean-Luc Mélenchon, qui a fait un carton dans cette circonscription (2 e avec 24,3 %). Mais aux législatives, Alain Laffont, conseiller municipal d’opposition à Clermont (FG\Place au peuple) et candidat à de multiples reprises (NPA en 2012) porte seul la bannière France insoumise.

L’adjoint au maire de Clermont, Cyril Cineux, est le candidat du parti communiste, comme en 2012, mais il se présentait alors sous l’étiquette collective du Front de gauche, derrière Mélenchon.

Nouveau visage à droite. Le leader de la droite et du centre clermontois, Jean-Pierre Brenas, ayant décidé, il y a trois semaines, de ne finalement pas être candidat, c’est le jeune Maxime Vergnault qui se jette dans la mêlée pour Les Républicains (avec le soutien de l’UDI). La droite n’est pas en pays conquis dans ce territoire (François Fillon a fait moins de 15 %), mais a arraché à la gauche les villes de Gerzat et de Cébazat aux dernières municipales, et espère tirer profit du morcellement des gauches.

… et neuf autres. Anne Biscos (ex-élue de Royat) est la candidate du FN (arrivé 3 e à la présidentielle avec 15,5 %), et le conseiller municipal d’opposition Antoine Rechagneux (élu en 2014 sous l’étiquette FN) celui de Debout la France. Comme aux autres scrutins, il y a, à l’extrême gauche, un candidat Lutte ouvrière (Dominique Leclair) et un candidat NPA (Sandrine Clavières).

Présent dans toutes les circonscriptions, l’UPR est représenté ici par Charlène Drigeard. À noter aussi les candidatures de Frédéric La Carbona (Génération Citoyens), Elena Fourcroy (Parti animaliste), Damien Folio (Confédération pour l’homme, l’animal et la planète) et la candidature indépendante sous l’intitulé « Femmes du peuple » de Carole Martel El Mehdaoui.

Demain. Dans notre prochaine édition, la 2 e circonscription (Riom). Jusqu’à vendredi, présentation des cinq circonscriptions du Puy-de-Dôme.

Premier tour : 80.416 inscrits ; 66.080 votants ; participation : 82,17 % ; 64.793 exprimés. Joly : 1.338 (2,1 %) ; Sarkozy : 12.580 (19,4 %) ; Poutou : 769 (1,2 %) ; Cheminade : 143 (0,2 %) ; Dupont-Aignan : 990 (1,5 %) ; Le Pen : 9.301 (14,4 %) ; Mélenchon : 9.053 (14 %) ; Arthaud : 407 (0,6 %) ; Bayrou : 5.030 (9,2 %) ; Hollande : 24.272 (37,5 %). Second tour : 80.460 inscrits ; 65.499 votants ; part.

81,41 % ; 61.812 exprimés. Hollande : 39.876 (64,5 %) ; Sarkozy : 21.936 (35,5 %).

Premier tour : 80.630 inscrits ; 43.722 votants ; participation : 54,23 % ; 43.158 exprimés. Fanget (LCPF) : 2.087 (4,8 %) ; Savre (LO) : 243 (0,6 %) ; Denane (PRV) : 253 (0,6 %) ; Simon (FN) : 4.416 (10,2 %) ; Bonnet (MRC) : 518 (1,2 %) ; Brenas (UMP) : 8.918 (20,7 %) ; Laffont (NPA) : 2.373 (5,5 %) ; Reverseau (EELV) : 1.271

(2,9 %) ; Girard (DVE) : 361 (0,8 %) ; Saugues (PS) : 19.342 (44,8 %) ; Cineux (FDG) : 3.116 (7,2 %) ; Sure (AEI) : 260 (0,6 %). Second tour : 80.629 inscrits ; 41.123 votants ; participation : 51 % ; 39.305 exprimés. Odile Saugues (PS) : 26.583 (67,6 %) ; Jean-Pierre Brenas (UMP) : 12.722 (32,4 %).

Premier tour : 83.422 inscrits ; 63.459 votants ; participation : 76,07 % ; 61.686

exprimés. Dupont-Aignan : 2.306 (3,7 %) ; Macron : 18.118 (29,4 %) ; Arthaud : 405 (0,7 %) ; Cheminade : 130 (0,2 %) ; Mélenchon : 14.961 (24,3 %) ; Fillon : 8.837 (14,3 %) ; Le Pen : 9.538 (15,5 %) ; Hamon : 5.292 (8,6 %) ; Poutou : 729 (1,2 %) ; Lassalle : 792 (1,3 %) ; Asselineau : 578 (0,9 %). Second tour : 83.419 inscrits ; 61.161 votants ; participation : 73,32 % ; 53.910 exprimés. Emmanuel Macron (En Marche) : 40.072 (76 %) ; Marine Le Pen (Front national) : 12.938 (24 %).

La première circonscription, Clermont nord, recouvre, depuis le scrutin de 2012 (suite au redécoupage de 2010-2011), tout Clermont-Ferrand ou presque (les anciens cantons nord, nord ouest, sud, centre, est et Montferrand), ainsi que Cournon, Gerzat, Cébazat, Malintrat, Sayat, Blanzat, Aulnat, soit un bassin de population d’environ 140.000 habitants.

C’est la circonscription urbaine, en plein cœur du département, sur un tout petit territoire (par rapport à ses quatre grandes voisines, limitrophes), recoupant pour partie le périmètre de la communauté urbaine.

D’importantes zones d’activités et industrielles sont sur cette circonscription (Le Brézet, la Pardieu, les Pradeaux à Gerzat…) avec particulièrement le siège et plusieurs sites de Michelin, des entreprises d’agroalimentaire, logistiques, pharmaceutiques…

Équipements, infrastructures et activités de la métropole

Le nouveau quartier République, en développement (pôles santé, numérique, innovation, culture, sports…) fait partie de cette circonscription, dotée de nombreux équipements culturels (à Clermont, Cébazat, Cournon…) et complexes de cinéma, ainsi que des stades Marcel-Michelin et Gabriel-Montpied.

Clermont nord abrite aussi les principaux ensembles de logements sociaux de l’agglomération (Fontaine du Bac, Champratel, Les Vergnes, la Gauthière, Croix de Neyrat) ainsi que les zones pavillonnaires des « cités Michelin ».

Les principales infrastructures à échelle régionale se trouvent également là (gares, aéroports, plusieurs carrefours autoroutiers).

Avec Cournon, l’identité commerciale de la circonscription s’est renforcée, et une dimension loisirs bien être vert s’est ajoutée (avec son plan d’eau).

Laurence Coupérier

femmesdupeuple

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s