Regardez bien le Ciel, Monsieur Sarkozy !

Par défaut

Articles > Quand bien même les électeurs de gauche ne viendraient pas voter à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé est encore désigné vainqueur au second tour. Avec 62% des voix contre 39% pour l’ancien président, il faudra à Nicolas Sarkozy bien plus que des électeurs du front national pour l’emporter. 

Le mystère n’est pas bien épais. Alors que l’ancien ministre (Bruno Le Maire) caracole en troisième position dans les sondages, l’ancien président lui, toujours derrière Alain Juppé, se dit qu’il n’a aucune chance de l’emporter s’il ne bénéficie d’aucun soutien entre les deux tours.

Ils lui (à Bruno Le Maire) ont promis Matignon, bien sûr, maintes fois. Lui disant que François Baroin, dont Nicolas Sarkozy a dit qu’il serait son Premier ministre, n’était pas un problème et qu’ils le « dégageraient s’il fallait », explique un conseiller politique.

_________________________________________________________________

Tournez-le comme vous voulez, mais vous n’irez pas contre ce qui est écrit !

Croyez-vous, Messieurs, que vous irez contre le destin ? Ce serait méconnaître l’essentiel de ce qui fait notre existence sur Terre !

Oui, tournez-le comme vous voulez, mais vous perdez votre temps… tant que vous ne m’aurez pas entendue !

Refuser les décevants résultats (à venir) pour Nicolas Sarkozy lors de la primaire, quand ils vont tomber, et invoquer alors des mal-façons… ou bien vouloir anticiper et préparer un coup autre, comme maintenant vouloir dégager Baroin pour y mettre Le Maire…

Quoi que vous fassiez, Messieurs, ce sera peine perdue !

La seule option qui vous reste est celle que je vous présente !

Regardez bien le Ciel, Monsieur Sarkozy !

2734458-exclusif-diffusion-du-magazine-politiq-950x0-2

Appels du pied

Comment les sarkozystes draguent encore (et plus que jamais) Bruno Le Maire

Les sarkozystes n’ont pourtant pas l’habitude d’être laudateurs envers leurs concurrents. Au contraire. Pourtant, ce matin là, dans un café, à deux pas de l’Assemblée, l’un des soutiens de l’ancien président n’en démord pas : « Bruno Le Maire fait une très belle campagne. Sur la forme comme sur le fond. Il parle directement aux gens, les fait intervenir dans ses réunions publiques. Je pense qu’il fera un bon score et c’est mérité« .  Mais quelle étrange mouche a donc piqué la sarkozie ?

Le mystère n’est pas bien épais. Alors que l’ancien ministre caracole en troisième position dans les sondages, l’ancien président lui, toujours derrière Alain Juppé, se dit qu’il n’a aucune chance de l’emporter s’il ne bénéficie d’aucun soutien entre les deux tours. Or la plupart des candidats ont déjà affiché leur proximité avec le maire de Bordeaux : Jean-François Copé, en guerre contre Nicolas Sarkozy, François Fillon et NKM pour les mêmes raisons. Seul Jean-Frédéric Poisson pourrait se rallier à l’ancien président mais ces quelques points ne suffiront pas à faire la différence.

Reste donc Bruno Le Maire et ses 10 à 12% d’intentions de vote et les sarkozystes ont décidé de sacrifier corps et âme pour obtenir le soutien de l’ancien ministre de l’Agriculture qui a pourtant affirmé qu’il resterait neutre.

Ils lui ont promis Matignon, bien sûr, maintes fois. Lui disant que François Baroin, dont Nicolas Sarkozy a dit qu’il serait son Premier ministre, n’était pas un problème et qu’ils le « dégageraient s’il fallait », explique un conseiller politique. Mais devant l’absence de réponse de Bruno Le Maire, l’entourage du candidat Sarkozy, persuadé qu’Alain Juppé, s’il est désigné ne tiendra pas la distance et s’écroulera au mois de février, a sorti sa botte secrète : convaincre l’ancien ministre de l’Agriculture qu’il pourrait être le recours. « Si Juppé s’effondre, tu y vas et on te soutiendra« , lui aurait promis l’entourage de l’ancien locataire de l’Élysée.

Autant d’appels du pied que ne confirme pas l’entourage de Bruno Le Maire bien au contraire. « Les sarkozystes ne nous approchent pas, Bruno a été suffisamment clair en promettant une ‘liberté totale (et) absolue’ à ses électeurs« , affirme l’un de ses conseillers. Le 2 octobre, Bruno Le Maire a, en effet, exclut, sur I-Télé, un quelconque rapprochement avec Nicolas Sarkozy à cause de « convictions politiques » divergentes. « Il défend le cumul des mandats, j’y suis totalement opposé. Il ne veut pas de renouvellement de la classe politique, je veux un renouvellement complet. Il estime qu’en matière diplomatique – choix essentiel pour le futur chef de l’État – il faut continuer à avoir un lien très étroit avec l’Arabie saoudite et avec le Qatar. J’estime indispensable de revoir nos relations (avec ces deux pays)« , a-t-il expliqué ajoutant : « Comment voulez-vous trouver des points d’accord quand des divergences de fond sont aussi importantes ?« . Un autre proche de Bruno Le Maire, s’esclaffe même à l’idée que les sarkozystes puissent imaginer un échec de Juppé : « celui qui sera désigné par la primaire sera élu président, surtout dans la situation dans laquelle est Hollande aujourd’hui« .

Plus qu’un ralliement, ses concurrents espèrent peut-être, suggérer l’idée que malgré ses dénégations Bruno Le Maire serait prêt à se vendre pour un maroquin et ainsi le décrédibiliser.

_________________________________________________________________

Présidentielle 2017

ALAIN JUPPÉ MOQUE L’HYPOCRISIE DE NICOLAS SARKOZY SUR LA PARTICIPATION DES ÉLECTEURS DE GAUCHE

Invité sur Europe 1 ce lundi, Alain Juppé s’est une nouvelle fois défendu de faire participer les électeurs de gauche à la primaire de la droite et du centre. Pour le maire de Bordeaux, il est hors de question de fermer la porte gauche aux électeurs alors que Nicolas Sarkozy, de son côté, a ouvert grand la porte aux sympathisants du Front national.

Le candidat à la primaire de la droite et du centre devance de 12 points son principal concurrent, Nicolas Sarkozy, selon un sondage Ipsos pour le Parisien. Un avantage que le maire de Bordeaux doit, en partie, aux centristes, ralliés en masse à Alain Juppé mais aussi aux électeurs de gauche prêts à voter à la primaire. Avantage s’il en est, la popularité d’Alain Juppé lui vaut également les critiques les plus virulentes dans son propre camp. Nicolas Sarkozy le premier fustige la volonté du maire de Bordeaux de permettre aux sympathisants de gauche d’élire le candidat de la droite. Alors même qu’il compte sur une campagne clivante très à droite pour rallier les voix des électeurs du Front national. Une hypocrisie que ne se prive pas de lui rappeler Alain Juppé. ‘’Nous avons voulu des primaires ouvertes, il faut l’assumer. Je vois que Nicolas Sarkozy fait mieux que moi dans l’électorat du Front national, alors va-t-on interdire là aussi l’ouverture de la primaire ?’’, ironise-t-il.

‘’Les déçus du hollandisme sont souvent des déçus du sarkozysme’’

Et le maire de Bordeaux de rappeler que s’il est le favori des sondages, Nicolas Sarkozy ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Selon Alain Juppé, ‘’ce sont souvent des déçus du sarkozysme qui ont voté Hollande en 2012 et qui aujourd’hui nous revienne (…) On va avoir besoin de rassembler largement les Français. Je ne vais pas dire aux Français qui veulent voter pour moi : allez vous faire voir !’’. Alain Juppé croit même pointer une certaine panique dans le clan sarkozyste. ‘’Pourquoi a-t-on peur de ces primaires, c’est incroyable ! (…) Moi, je n’ai pas peur du suffrage universel. Je n’ai pas peur des électeurs qui adhèrent aux valeurs de la droite et du centre’’. Quand bien même les électeurs de gauche ne viendraient pas voter à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé est encore désigné vainqueur au second tour. Avec 62% des voix contre 39% pour l’ancien président, il faudra à Nicolas Sarkozy bien plus que des électeurs du front national pour l’emporter. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s