« Article Femmes du peuple » – 29/06/2016 – « Les Indiscrétions » du journal LA MONTAGNE

Par défaut

La Montagne3

Lire « Article Femmes du peuple » du mercredi 29 juin 2016 dans « Les Indiscrétions » du journal LA MONTAGNE

Précisions apportées par Carole Martel El Mehdaoui : « En fait, cela fait 9 ans bientôt que je propose tout d’abord un projet identitaire de premier plan (pour la France puis dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée), via la création d’une Fondation à reconnaître d’utilité publique (Fondation Education ICSF – Identités Culturelles, Sociales et Familiales – www.fondation-education-icsf.org) et dont j’ai présenté le dossier dès 2007 à Nicolas Sarkozy. Entendue immédiatement et reçue à l’Elysée par son conseiller à l’Immigration, Intégration et Identité nationale, mon dossier a été ensuite porté à l’attention de Brice Hortefeux, alors Ministre concerné. Par la suite, j’ai présenté mon dossier lors d’un Forum politique international – Medays 2008 – à Tanger (Maroc). Organisé par l’Institut Amadeus de Rabat, ce Forum du sud pour une Méditerranée nouvelle s’inscrivait dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UpM). Mon projet a d’ailleurs fait l’objet de 30 lignes dans la Déclaration de Tanger qui a suivi. A ce jour, je demande de nouveau l’écoute attentive de ce dossier de la part de Nicolas Sarkozy, et de passer à l’action. Voilà donc mon projet principal pour la France. Il s’agit de proposer une nouvelle approche pour mieux travailler sur les thématiques identitaires et sur le mieux-vivre ensemble qui « déroge » dans nos sociétés. Consciente que le thème de l’identité de la France sera le coeur de la présidentielle de 2017, et ayant d’ailleurs annoncé cette « évidence conjoncturelle » dès 2007 à Nicolas Sarkozy en direct ou via ses relais, je souhaite maintenant poursuivre ma démarche, ma grande démarche utile pour mon pays, en souhaitant de surcroît proposer quelque chose d’autre. Quelque chose de plus grand encore, qui m’aidera à mieux travailler, à mieux aider les français. Quelque chose perçu comme « atypique » ou du moins très original, et ce sera en l’occurrence une proposition inédite, d’associer une « femme du peuple » à un « candidat du peuple » et se réclamant comme tel. Les sondages confortent d’ailleurs ma proposition. C’est une proposition qui est donc faite à Nicolas Sarkozy, qui est faite aux français, pour aider sa démarche à lui en direction du peuple français, et pour permettre l’action de premier plan que j’envisage pour mon pays. Pour servir les français, pour apporter pour ma part, quelque chose de bien nouveau en France. D’enfin changer la politique, et la manière de voir et de faire les choses. D’innover. De mettre un vent de fraîcheur. De proposer ce vrai « renouveau » que tout le monde veut s’accaparer. De changer la face de la France. Qui sommes-nous les français ? Voilà ce sur quoi je vais travailler, en participant à cette délicate problématique que l’on ne sait pas bien traiter encore, ni à droite, ni à gauche, ni au centre. C’est donc avec l’appui du peuple, des gens, des gens comme moi, et précisément des femmes, des femmes comme moi, toutes simples et du peuple, que je compte avancer en leur donnant un grand rôle. Un rôle éducatif dont la France a bien besoin. Dont nos enfants ont bien besoin… pour mieux se comprendre et donc pour mieux vivre ensemble. Pour mieux grandir. Pour être plus heureux ensemble. Et ce rôle éducatif-là en passera par l’Education Nationale, la prochaine Education Nationale, celle de 2017 qui sera, je l’espère, « relookée ». « Femmes du peuple » sera donc un mouvement de soutien populaire à mes projets, qu’ils soient pour l’éducation, l’identité de la France ou pour celui que j’ai décidé d’accompagner dans sa tâche vers l’élection présidentielle de 2017, à savoir Nicolas Sarkozy. Alors qui m’aime me suive… »

Carole Martel El Mehdaoui – Femmes du peuple
www.femmesdupeuple.fr

La Montagne2

Alors, qui voudrait me bloquer… dans mes projets ? Ceux de la « pensée unique » ?

Par défaut

 Mes projets

La France a aussi besoin d’une Mère de la Nation.

Et pas seulement d’une Première Dame !

Qu’en pensez-vous ? Et pour quoi faire ?

P3

« Si je candidate à la primaire de la droite et du centre, et en vue de l’élection présidentielle de 2017 bien-sûr, c’est qu’il y a de bonnes raisons ! Et ce qui me fait sourire par rapport à l’esprit de « certains » (et comme dirait Nicolas Sarkozy lui-même, ce sont par exemple ceux de la « pensée unique »… et toc !), c’est qu’il n’y a pas besoin d’être connu(e) ou avec 30 ans d’expérience pour avoir envie, pour vouloir faire, pour faire de la belle politique, pour innover enfin, pour passer d’autres messages, et pour changer la face de certaines choses qui ne vont plus ! Restons alors bien traditionnels… car la femme ne serait-elle d’ailleurs pas la meilleure, pour accompagner un homme ? 

C’est donc Nicolas Sarkozy que je veux accompagner. »

_________________________________________________________

Alors, qui voudrait me bloquer… dans mes projets ? 

Ceux de la « pensée unique »  ?

« Je suis Française, je suis musulmane »…

Par défaut

Carole Martel El Mehdaoui : « Je suis Française, je suis musulmane »…

Et moi, si j’en avais des propositions concrètes… pour parler de l’identité de notre pays ?

Carole Martel El Mehdaoui E1

Nicolas Sarkozy : « Je suis Français, je suis chrétien »…

Comment entend-il procéder pour faire renaître cette France qui serait menacée ? Nicolas Sarkozy, qui entendait donner une vision mais pas des propositions, reste dans le flou. 

En meeting mercredi soir dans le Nord, le très probable candidat à la primaire était venu parler de la France. Au menu : identité, immigration, Islam et autorité.

« Nicolas Sarkozy va dire des choses fortes ». Son équipe avait fait passer le message à la presse et aux parlementaires. Ce 8 juin, à Saint-André-lez-Lille dans le Nord, le président des Républicains et candidat non déclaré à la primaire – même si c’est tout comme – allait faire un discours marquant sur la France.

Message entendu à Paris : la presse et les élus soutenant Sarkozy étaient tous dans le TGV en partance pour les Hauts-de-France. Sur place en revanche, ce n’était pas la foule des grands soirs : « merci d’être venus nombreux malgré les inondations et la rocade qui est fermée », tentait le « speaker » mais dans l’ancienne filature où se tenait le meeting, plusieurs chaises sont restées vides et l’ambiance plutôt calme…

« Mes chers amis, je suis Français. […] Cette identité si précieuse… »

Dès les premiers mots, le ton est donné. Pour ce discours présenté par ses proches comme « fondateur », l’ancien président de la République revient sur ce terrain identitaire qu’il affectionne et que son ancien conseiller à l’Elysée Patrick Buisson lui conseillait tant de labourer. Aux yeux de Sarkozy, la question numéro un de la primaire, puis de la prochaine présidentielle, se résume ainsi :

« La France que nous avons cru éternelle, comme ses landes de granit breton ou ses grands plateaux de l’Aubrac… n’est-elle pas en train de se dissoudre ? »

Et il entend bien faire la différence sur ce sujet : n’ose-t-il pas, lui, dire les choses quand ses concurrents ont à ses yeux des discours plus timorés ou déconnectés ?

De religion, il est beaucoup question

Que dit-il justement ? Rien de très neuf quand il fustige les « élites » ou encore « le politiquement correct », comme il l’avait fait en 2007 ou 2012. La gauche est accusée de tous les maux : selon Sarkozy, elle « n’aime plus le peuple », promeut depuis les années 1980 « une société multiculturelle », « se prosterne devant les communautés », se couche devant « la tyrannie des minorités ». Dans le même sac, les zadistes de Notre-Dame-des-Landes, les gens du voyage qui bloquent une autoroute, et les islamistes radicaux qui « prennent en otage un quartier »…

Mais, estime-t-il, il y a un « réveil de la conscience nationale » dont il se veut le porte-parole. N’hésitant pas à reprendre à son compte l’expression d’ »immigration massive » chère au Front National, il explique que « la confrontation à une immigration massive et communautarisée et à un islam intégriste minoritaire a souligné par contraste la dissolution de nos liens, l’affaiblissement de nos institutions, la remise en cause de nos modes de vies ».

(Philippe Huguen / AFP)

De religion, il est beaucoup question. « Je suis chrétien », lance l’ancien président, avant de poursuivre sur la France, « un pays chrétien dans sa culture et dans ses mœurs, un pays ouvert, accueillant, tolérant ; et c’est ce pays que doivent respecter ceux qui veulent y vivre ». Sarkozy a aussi un mot pour « nos compatriotes de confession juive, présents sur notre sol depuis 2.000 ans », « pleinement Français ». Sur l’islam, le discours diffère : certes, il rend hommage au « sang versé des musulmans français lors des deux guerres mondiales ». Mais il prévient :

« Chacun a le droit de vivre sa religion, les musulmans comme les autres, mais dans la conformité stricte aux principes de laïcité et dans l’harmonie avec le mode de vie français ».

« Fixer les règles d’un islam de France »

Comment entend-il procéder pour faire renaître cette France qui serait menacée ? Nicolas Sarkozy, qui entendait donner une vision mais pas des propositions, reste dans le flou.

Devant ses soutiens alignés au premier rang – François Baroin, Eric Woerth ou encore Rachida Dati – le presque candidat parle d’une « politique de la Nation » qui « devra défendre nos us et coutumes, notre langue, nos traditions culinaires, nos habitudes vestimentaires » ; il veut « fixer les règles d’un nouvel islam de France, sinon la société courra de grands risques d’affrontement » et souhaite reconstruire une école qui doit être « le conservatoire de la culture française, des valeurs de la République, du savoir-vivre français ».

Dernier chantier : rétablir l’autorité, autre thème sur lequel l’électorat de droite est très réactif. Et là encore, sans surprise, il s’estime le mieux placé pour l’incarner.

M.T.

L’aventure commence par une « femme du peuple » qui rejoint un « candidat du peuple »…

Par défaut
Femmes du peuple – Carole Martel El Mehdaoui – Candidate à la primaire de la droite et du centre (novembre 2016) en soutien et en accompagnement de la candidature de Nicolas Sarkozy, dans une proposition inédite.

Une 6ème République ?

Oh oui ! Et je vais vous dire comment…

Sûrement pas un retour au Président qui inaugure seulement les chrysanthèmes !

Mais plutôt, réfléchissons à comment exercer le pouvoir demain ?

Je propose une innovation : un Président et une Vice-Présidente…

Qu’en pensez-vous ?

Et pour quoi faire ?

L’aventure commence par une « femme du peuple » qui rejoint un « candidat du peuple »… puis d’autres femmes suivront…

P14.png

Baroin, l’arme anti-Juppé de Sarkozy ?

Par défaut
Monsieur Sarkozy,
Monsieur le Président,

Je vous ai pourtant déjà prévenu !

Votre meilleure arme ne sera pas François Baroin. 
Vous le croyez juste. 
Croyez-vous que vous sauverez les meubles ainsi ?

Votre meilleure arme est une femme du peuple...

Mettez le peuple face au peuple, c'est tout !

Car croyez-vous qu'un sénateur vous ramène des "clients" ?

Et puis, en connaisseur de l'Italie que vous êtes,
  regardez-y mieux là-bas... les femmes du peuple...
  elles sont l'avenir en ce moment !

Avez-vous compris l'enjeu ?

Une élection présidentielle ne serait-elle d'ailleurs pas
 la rencontre d'un homme ou d'une femme avec le peuple ?

Vous en sentez-vous vraiment proche ?

Utilisez-vous les bons moyens ?

Et puis, inquiétez-vous de François Fillon pour la primaire, 
pas de Juppé !

Ah, le "Président des erreurs", comme je dis !

Bien à vous.
Carole Martel El Mehdaoui